Rechercher dans ce blog

mercredi 30 octobre 2019

Eric Drouet est un traitre aux G-J.

...ou
Drouet et ses teasing, fin de partie.
C'est maintenant l'heure prévue dans son tempo de cellule de crise: 23h45, hop je publie en même temps.

   Durant tous ces mois passés il nous a trollé une fois, deux fois, dix fois à toujours trouver une excuse-bidon pour ne pas reverser la cagnotte aux blessés en inventant à chaque questionnement une nouvelle explication.
Il aurait pu continuer encore longtemps que encore des G-J, dits "de bonne fois", l'auraient encore cru et soutenu dans ses mensonges et qui maintenant vont poursuivre à l'écouter mentir malgré tout?

   Jusqu'à où va t-il trahir le mouvement est la seule question à se poser.

"Jusqu'au bout" dit le politicard véreux pris la main dans le pot de confiture et qui s'acharne à vouloir continuer la magouille.. ce "bout" (de quoi!?) qui très souvent se termine plutôt mal pour le déclarant, ...c'est la question qui une fois posée devient le facteur déclenchant.
   La cagnotte étant au nom de "Eric Drouet", vas savoir pourquoi!, il revient donc à Eric Drouet d'assumer le remboursement de cette cagnotte aux blessés puisque lui-même s'y est engagé avec l'aide d'huissiers, d'avocats, d'une association idoine et même du commissariat de police local.
Et puis hein il est jeune et avec sa mentalité après avoir vendu son pav et ses caisses il peut encore faire des gamins qui l'aideront à rembourser ses dettes et comme c'est un vrai mec il a droit d'avoir, de posséder! 4 femmes qui l'aideront à se remplumer, une tite conversion à attendre? Il a déjà la barbe.
Assumes-toi pour une fois p'tit faux-leader raté!

PS:
Ce site a été fait uniquement contre! Drouet et sa bande, ("les permanents" comme on dit ailleurs. Dans un syndicat, assos ou parti politique il y a les "permanents" et les cotisants, les premiers sont payés par le Capital, l’État, et la paperasse, les caisses de grève vides, les pots, frais divers bouffent les cotisations.) et ce site a aussi été crée pour mieux apprendre les G-J et que tous les G-J gauchos/fachos/Riens! se retrouvent par des liens actifs (sans suivi) sur Facebook et aussi pour rappeler en permanence qui sont les ennemis du mouv.
Suivant!
Il n'y a pas que la bande à Drouet qui soit l'ennemi d'une base G-J solide et propre, des armées de "citoyens" sont postés à prendre les G-J pour que de vulgaires bulletins de vote à l'aide de babillages comme le font les traitres Rodriguez et Boulo à aller se faire draguer chez les mélanchons ou alors d'autres à s'acoquiner avec les Le Pen.
Fais gaffe Gilet-Jaune ils te savent pur (qu'ils traduisent par "faible", "pigeon", "famille") et s'en prennent à ton intégrité morale par absolument tous les moyens.
Le mouvement est infiltré par tout un tas de racailles politiciennes trompeuses sur leur engagement G-J. Fais bien attention, à commencer par ton propre groupe et suis les suspicions ou démasquages des autres groupes en le faisant savoir à ton tour.
Je vais faire de mon mieux à éjecter les entourloupes évidentes, aujourd'hui j'en gomme 2, demain 10?


dimanche 20 octobre 2019

GJ "Citoyens", "Constituants", tout ça....

    Vous ne faites que nous amener votre vieux monde esclavagiste qui est dans l'échec que l'on connait que de trop, sortez de votre Démocratie Majuscule et assemblez vos neurones pour créer à partir de Rien cette Nouvelle Juste Société à venir au lieu de devenir de nouveaux agents supplétifs de l’État, du Capital.
Hein vous "les Citoyens" débordants de nouvelles morales nous en serions pas là sans tous vos hommes providentiels adulés, manipulateurs, et vos nouvelles recettes nous n'en voulons plus non plus, évacuez ces trop vieux concepts et apprenez de l'Histoire, de l'humanité complète et vous comprendrez alors l’abîme dans lequel nous ne cessons de sombrer.
   Gilet-Jaune ne te laisse récupérer par personne et reste toi-même sans la moindre pensée idolâtre, ni même le temps d'un rapprochement que tu crois venir d'une proche tendance.
Ni Marx, ni Coluche, ou alors les deux à la fois et bien sûr sans oublier Bakounine, oui Cousin aussi, et les milliers d'autres bien au chaud dans le cerveau en V-O et sans S-T.


Francis Cousin : Gilets Jaunes, mensonges du capital et impostures citoyennes:

jeudi 17 octobre 2019

Ce n'était qu'un début

Discussion entre Francis Cousin et une GJ Constituante:


La vidéo évoquée dans la discussion ci-dessus à propos de la trahison par les valets du patronat:
1968 n'aura servi qu'à libérer la parole et depuis la société de consommation est passée du marteau au pilonnage permanent 24/24h.

lundi 14 octobre 2019

DAMIEN SAEZ - Lettre apolitique

Oui je sais c'est encore Saez.

DAMIEN SAEZ - Lettre apolitique + Marianne Live@Amiens (14.03.2017):
https://www.youtube.com/watch?v=cdJMK_pxJRA

Vous ne comprenez rien à rien, vous êtes la chienlit de ce pays,
l’horreur de l’homme s’est incarnée en vous, LETTRE
APOLITIQUE.
Depuis une moitié de siècle vous nous mentez,
manigancez, assassinez. Vous êtes la honte de mon pays, la honte à
la solde des plus puissants, à la solde de nos réels dirigeants,
les maîtres des actions et du pognon.
Vous avez laissé pour compte
tous vos enfants, de nos quartiers populaires ou de nos classes
moyennes.
Vous nous avez roulé dans la suif, vous avez piétiné
votre propre drapeau comme on marche sur des fleurs .
Vous êtes
devenus les marionnettes d’une Réal TV politique qui ne fait que
baver puis gaver la population, de ce théâtre pathétique qui nous
enseigne par la dictature médiatique.
Vous avez laissé le pouvoir
du peuple aux mains de ces marionnettistes qui vous font tourner la
tête où le vent souffle.
Vous entretenez le racisme des classes, le
racisme des races.
Vous avez rendu gratuite notre culture pour vendre
des putains de téléphones.
Vous avez laissé la culture devenir la
pute de fournisseurs d’accès.
Vous avez fait de l’art un produit
dérivé pour vendre des couches culottes.
Vous avez laissé faire
le viol de notre culture, des arts ou des tomates.
Tout ça n’est
bon qu’à enrichir l’intermédiaire, puis votre grand maître,
l’actionnaire.

Vous envoyez des matraques pour lutter contre des
manifs d’ouvriers, vous écrivez en anglais sur la tour Eiffel et
vous parlez d’identité.
Vous ne savez plus ni écrire ni parler la
langue de votre pays, vous bafouez l’origine de la France, vous
amputez son orthographe, vous ne votez aucune loi en phase avec les
modernes que vous nous vendez.
Vous laissez l’impunité de Start-up
devenir notre maître.
La société vire à la dictature des
violences et vous ne votez rien que l’immobilisme toujours plus
paralysant de notre société.
Vous n’êtes devenus qu’un
trésorier qui raquette son peuple, vous êtes juste descendants
d’émissions de télés pour atrophier du cerveau.
Vous n’êtes
plus qu’un compte Twitter, pour vous un présentateur télé vaut
plus qu’un éducateur, un tweet est plus important qu’une lettre
d’un ancien combattant.
Vous êtes la corruption incarnée qui
prêche l’impôt pour payer vos femmes et vos enfants, à ta santé
Fillon, à ta santé Macron, à ta santé tous les autres.

Le
sentiment patriote pour vous c’est apprendre à trahir son pays,
vous êtes la maladie qui fait raquer le médicament, vous êtes la
moisissure sur l’arbre démocratie, vous êtes l’infiniment nocif
des pathologies chroniques, vous êtes pourquoi des peuples par
milliers sont sous des tentes et meurent de froid chaque hiver.

Vous
n’avez que le mot démocratie à la bouche quand vous n’incarnez
que le crachat sur son étendard. Vous êtes médiocratie, vous êtes
pornocratie.
Vous êtes les pions de ceux qui parient sur les dettes
de vos pays voisins, de vos pays frères.
Vous êtes tristes esclaves
de vos pourritures d’amitiés financières.
Vous êtes les comptes
en Suisse, vous êtes les comptes au Panama.
Vous parlez de combat
quand vous ne savez que fuir, vous parlez de victoire quand vous puez
la défaite, vous parlez d’union quand vous n’êtes qu’ambitions
individuelles.
Vous êtes la fin des idéaux, vous êtes la causes
des montés des fascismes, vous êtes la cause des peuples suicides,
agriculteurs, profs, chômeurs.
Vous n’êtes plus rien que les
portes valises des maitres de la bourse.
Vous êtes drapeau des
tartufiers, vous êtes faiseurs des soufrières qui bientôt
prendront feu.

Vous aurez sur les mains le sang de la mort de la
démocratie, que continue le fascisme anonyme de la grande toile
boursière, que continue la fange satellitaire, que continue les flux
d’argent, que continue les guerres, que continue l’enfant sous
les bombardements, que continue la mort de la classe populaire.
De
biens tristes politiques, marionnettes au pantalon baissé, le
financier finance les médias, les médias font élire le politique
et le politique encule son peuple.


lundi 7 octobre 2019

POUR UNE VRAIE DÉMOCRATIE, DÉBARRASSONS-NOUS DES POLITICIENS

   Robert Walton, citoyen américain de l'Utah, nous explique comment le RIC est détourné par les politiciens dans son État, pourquoi selon lui il faut se débarrasser d'eux. En France depuis plusieurs mois pour soutenir les gilets jaunes, il dénonce aussi les violences policières qui l'ont sidéré.


En effet à quoi bon le RIC dans les pattes des démocrates de tous bords puisqu'ils sont tous corrompus, autant prendre le pouvoir pour mieux le redistribuer nous-mêmes et selon nos critères.
    Pourquoi ne pas monter des actions French Touch d'une version Nouvelle Beat Generation? Nous devons quand même reconnaître que la bande à Kerouac a fait avancer la condition humaine sur Terre de au moins un siècle en peu d'années et avec de franches rigolades en plus. Il nous manque toute la partie "culturelle", les "créatifs", allez les secouer qu'on les assiste.
Osons!
BEAT GENERATION : KEROUAC, GINSBERG, BURROUGHS:
https://www.youtube.com/watch?v=J6LwoEqoF88

Et puis parmi tant et tant d 'autres, Emmet Groggan par exemple pour les apprentis antifa ça les feraient grandir un peu mieux de lire Ringolevio.

Les Diggers de San Francisco (by Gaillard et Deransart):
"Tout ce que vous placez à l'intérieur d'un cadre devient de l'art.", "Quand tu agis gratuitement tu agis dans un cadre libre de référence." Taing que c'est beau!


samedi 5 octobre 2019

acattaG

Gattaca (1997) Movie:


Élever la conscience jaune 2

Le 1 de cette "élévation" est vers les débuts du site.
G-J, et les autres aussi, lorsque tu penses à quelque chose c'est souvent abstrait.
Il faut commencer à t'entrainer dès la prochaine sieste, c'est le meilleur moment pour débuter ce genre d’exercices; T 'aimes pas ça, t'as pas le temps, tant pis alors tu choisiras le soir au coucher à penser à quelqu'un jusqu'à le voir nettement en 3D, comme dans la vraie vie, puis tu animeras l'image jusqu'à voir des expressions du visage, et la voix peut-être..
Ça peut fonctionner dès la première fois ou le lendemain ou après mais il faut avoir cette base pour que la suite soit plus facile à aborder.
La suite consistant à rattraper un de tes souvenirs, peu importe lequel.
   Tu en a un, ok, "communément" comme beaucoup tu te vois depuis une hauteur en plan cinéma, touches à rien et zoom vers toi, fais le tour, écarte, rapproche, fais un état des lieux de ce que tu vois, et maintenant prend ta place dans ton corps. Facile hein... la caméra sont maintenant tes yeux, réveille tous! tes sens et tu auras les odeurs de guez, des pneus, les bruits et le reste
Tout est en toi G-J de la naissance à la mort, tout est en une bande-film dans lequel tu peux puiser/"tirer la ficelle" serait plus exact et au moment que tu veux pour retrouver une sensation, une parole, un goût.
   Tu pourras retrouver ton premier mot, et aussi apprendre que tu entendais et! comprenais les conversations faites de mots simples souvent employés d'adultes alors que tu avais moins de deux ans. T 'es un peu autiste ou beaucoup, c'est aussi à cet âge qu'il faut faire l'introspective pour trouver les fortes oppositions qui t'ont mené sur ce juste chemin, parce que tu avais déjà raison gars de ne pas supporter "l'injustice"! Et c 'est pareil pour tous les âges de la vie.
Plus tard il s'agira de lancer le programme qui va te permettre de mettre en évidence des séries, "des concentrés" comme j'en avais déjà parler sur ce site, tout doit se retrouver en des concentrés, il ressortira seulement les moment d'exceptions, le loup croisé dans la forêt, le parfum d'une fleur, le goût d'un légume, un son.
    La sieste, j'y reviens, a cela pour elle de mieux comprendre qu'en l'espace de quelques minutes on arrive à faire un "long" rêve déjanté comme souvent, et qu'on se rend compte qu'il n'a duré que de très petites secondes puisqu'en plus il nous fallut trouver le moyen de créer le départ en 3D.
Ce grand tour sur toi va te transformer en une autre personne avec pour commencer une vision totalement différente des personnes qui t'entoure. Tes modes de pensées vont changer et tu écouteras et retiendras les mots de chacune des personnes comme si elle allaient mourir demain. Encore plus de profondeur si tu trouves le moyen de parler dans le noir ou les yeux fermés, la voix du même coup s'abaissera.

 Terry Riley - A Rainbow in Curved Air (1969):
https://www.youtube.com/watch?v=hy3W-3HPMWg
 Seul sur scène et avant l'invention de la chambre d'écho ou du delay, il n'y avait qu'une petite réverb, Terry Ryley faisait passer le son sur un magnéto dont la bande rejoignait un autre magnétophone plus loin, et tout en restant au clavier il "suffisait" ensuite qu'il déplace le 2ème magnéto pour avoir la durée de l'écho voulue.

Aphex Twin - Selected Ambient Works 85-92:




mercredi 2 octobre 2019

Sur l’absence sans désir

J’écris ton nom
etc :  ..et puis je vais quand même coller ça dessous la vidéo.
Je ne vais pas non plus lancer un grand débat de savoir si nous avons besoin de la liberté ou pas.
Je m'en fous, je l'ai toujours prise quand je voulais et souvent aussi ça n'était pas bien facile à assumer avec l'ego. (L'ego c'est bien ta voix mais elle te parle calme comme jamais tu t'es entendu parler et lorsque tu arrives à la chopper (Elle est planquée avec les sens/besoins/douleurs/...) explique-lui bien que tu auras toujours besoin de plus de liberté, il en conviendra et t'aidera au mieux pour rejoindre le temps présent.)
La liberté c'est une habitude dès bébé, comme mettre son pouce dans la bouche pour s'endormir.
Cette "liberté" vous ne l'avez pas perdu puisque vous ne l'avez jamais eu si vous n'avez pas pris l'habitude de vous en servir au quotidien avec maman/papa, copains/copines, collègues, ..les autres et en toutes circonstances.
Cause toujours je vais faire ce que maintenant je dois faire, non rien n'est négociable.

    Le monsieur là en dessous il cause comme un grand avec parfois de bons mots mais son vocabulaire du vieux monde n'est pas très riche, fleuri, ou il doit se sentir observer par sa caste et il balise.
Fallait pas entrer dans la carrière mon gars et c'est pas aujourd'hui que tu t'en rends compte que le temps écoulé va te rattraper, dans ta prochaine vie peut-être et seulement si tu as compris quelque chose à cette vie là, passée, perdue.


François Sureau : "La liberté a déjà disparu":
https://www.youtube.com/watch?v=aTWsBoK_IMQ


Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.
Paul Eluard
Poésie et vérité 1942 (recueil clandestin)
Au rendez-vous allemand (1945, Les Editions de Minuit)
Liberté - Eluard